Tourisme équitable et solidaire monde - Tourisme rural Languedoc

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Tourisme équitable et solidaire - Tourisme rural Languedoc

Données sur le tourisme

C’est en Grande-Bretagne, vers 1800, qu’apparaît le mot «tourist» puis, en 1841, la langue française l’intègre en parallèle du terme «voyageur» qui suppose une autre façon d’aborder et de parcourir le monde. Le tourisme reste un luxe jusqu’au premier tiers du XXème siècle. En France, c’est la révolution sociale avec l’obtention des congés payés en 1936 notamment qui lui permet de ne plus être le privilège de minorités mais de devenir un phénomène de plus grande ampleur. C’est dans ce courant que le tourisme social fait son apparition, avec pour objectif de rendre les vacances accessible au plus grand nombre et de réduire les inégalités d’accès à ces moments de détente et de loisirs.


En 1950, on dénombrait 25 millions d’arrivées internationales, en 1970, 165 millions alors qu’en 2006, on estime à 842 millions le nombre d’arrivées des touristes dans le monde. Un chiffre de 1 milliard en 2010 ou encore de 1,6 milliard en 2020 est prévu pour les années à venir. D’un point de vue économique, les recettes du tourisme international sont passées de 2,1 milliards de dollars courants en 1950 à 18,2 en 1970 et à 278 milliards en 1990. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires impressionnant de l’activité touristique est estimé à 500 milliards de dollars soit 12% du PIB mondial, tandis que le nombre d’emplois que cette industrie développe à 250 millions d’emplois soit 8% de l’emploi mondial. Cela en fait l’une des premières industries de la planète. Ces données statistiques laissent à penser que le tourisme international génère des capitaux dans l’ensemble des pays touristiques, y compris pour les pays en voie de développement où il peut être un facteur de croissance économique. Cependant, dans la réalité, les recettes sont réparties trop souvent de façon inéquitable. Selon les pays d’accueil, il est estimé que de 90% à 80% des recettes touristiques reviennent au final aux industries du Nord. De plus, même si le tourisme peut être facteur de croissance économique, il a indiscutablement eu et peut toujours avoir des conséquences néfastes au niveau social, environnemental, ou encore culturel.
Certains n’ont pas attendu les constats en terme de statistiques pour penser et concevoir un tourisme plus « concerné » par les territoires d’accueil. Dès 1960, à la fin de la période coloniale ont été menés des projets alliant voyages et solidarité ou des projets permettant à la population locale d’être actrice et maître d’œuvre de l’activité touristique. Les expériences menées de camps touristiques au Sénégal gérés par la population, selon les traditions et les rythmes saisonniers locaux, appelées « tourisme intégré » ont été exemplaires à l’époque. Les bénéfices produits étant gérés par un système bancaire local dont profite toute la population pour son développement communautaire.
Mais il est certain que les prises de conscience au niveau international des méfaits du tourisme, dans un contexte de mouvements en faveur du développement durable et du commerce équitable, ont favorisé l’émergence et la médiatisation de projets et d’acteurs engagés dans un tourisme « différent ».

Source : www.artisansdumonde.org

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.